Yoga Nidra

Olivier Clair Théorie 1 Commentaire

Comment réapprendre à dormir, utiliser notre sommeil, dormir en toute conscience ?

Depuis toujours, l’homme s’est interrogé sur son sommeil et plus particulièrement sur ses rêves.

Les études sur le sommeil montrent que nous avons plusieurs stades dans notre sommeil : superficiel, profond, paradoxal. Les scientifiques vont même jusqu’à quantifier la durée de chaque phase et attention à qui ne respecterait pas ou ne rentrerait pas dans ces canevas. Pour lui aucun espoir sa vie est fichue, il a obligatoirement un mauvais sommeil.

natha-yoga-c-504x720-005Mais heureusement pour nous, les chimistes sont là et veille sur notre bien être. De leur coté, ils rivalisent d’ingéniosité pour nous procurer les petites pilules bleues qui font dormir mieux, les roses pour s’endormir plus facilement, les vertes pour un réveil merveilleux, les jaunes pour ne plus avoir de cauchemar, … En bref, sous couvert d’explications scientifiques et de normalisation, ils nous proposent un abrutissement complet et nous force à devenir de plus en plus dépendants, plus assistés.

A l’inverse, le Yoga Nidra nous conduit à une démarche d’un tout autre type. Au lieu de séparer le physique du mental, il propose de les accorder ou ré accorder, comme un instrument de musique, de telle sorte que l’harmonie soit recrée. Même si d’énormes tensions, soucis, contrariétés, conflits sont venus rendre cette harmonie difficile.

C’est un des premiers pas du yoga nidra : réapprendre à dormir. S’endormir quand on le décide, se réveiller à volonté au moment voulu, déjà un avant goût de liberté.

Un peu plus loin, il va nous permettre de « travailler » directement sur nos rêves. En fait, il propose une méthode pour que nous soyons conscients dans nos rêves, pour choisir nos rêves.

Yoga Nidra nous donne accès aux couches les plus profondes du subconscient et grâce à l’auto suggestion, de changer en nous ce que nous désirons améliorer.

Yoga Nidra se propose de nous donner un sommeil conscient et de nous sortir de l’abrutissement de la « nuit ». Pendant la pratique, il se produit un ralentissement de tout le métabolisme. Ce type de changement physiologique se produit naturellement dans le sommeil mais seulement au bout de quelques heures. Le Yoga Nidra amène un état de relaxation plus profond que le sommeil et permet d’effectuer ces changements en un temps record. C’est pour cela que très souvent, il est assimilé à de la « relaxation », mais nous l’avons vu, le limiter à cela serait trop réducteur. En même temps, la relaxation est indispensable à une bonne séance de yoga nidra, savoir se détendre en profondeur est un préalable incontournable. Si on n’arrive pas à se détendre, à être complètement relâché, l’énergie et la pensée ne vont pas circuler et la conscience dans le sommeil ne se fera pas.

Le yoga nidra est à la base de nombreuses pratiques occidentales comme la sophrologie, l’accouchement sans douleur. On retrouve également des parentés avec l’hypnose, la méthode Silva…

C’est un moyen d’intériorisation, de recherche personnelle et de régénération.

C’est aussi un puissant moyen de transformation personnelle qui permet de sortir de la ronde des pensées négatives, de compenser les insomnies, de se recharger quand on est nerveusement épuisé, de développer sa capacité d’attention et de mémoire.

Les différents thèmes de yoga nidra

Yoga nidra peut se faire en position allongée ou assise méditative. Il existe environ une trentaine de séances différentes (chiffre approximatif, chaque école étant susceptibles de créer ses propres séances). Les thèmes de ces séances sont variés et peuvent concerner autant l’aspect individuel que la recherche spirituelle. On y retrouve des thèmes sur la vie, la mort, les désirs, l’animalité, le corps énergétique, l’attachement, le karma, le sexe, la santé… Ces thèmes peuvent également se retrouver dans des séances de méditation, les deux approches étant complémentaires, d’ailleurs certaines pratiques consistent à passer du yoga nidra à la méditation et inversement. Chaque thème est associé à des techniques préparatoires qui doivent être faites en journée ou la nuit pour favoriser les prises de conscience dans le nidra. Ces techniques sont aussi bien des pratiques de souffle que des postures ou des concentrations. Dans la séance de yoga nidra on va également trouver des prânâyâma et des visualisations.

Dans la formation spécifique au Yoga nidra, nous abordons 12 thèmes : les sens, les différents corps, les trois temps, la découverte de son « animal », les centres d’énergie, les fils de lumière, les désirs dans le pubis et dans le cœur, la plus grande extase sexuelle, le voyage mental, le rêve du cœur, le lien avec son « animal », le corps énergétique. Certains de ces thèmes sont abordés dans la formation personnelle et professeur de yoga, d’autres en stages ou ateliers comme celui sur le passage, la mort.

La trame type d’une séance de yoga nidra

Une séance de yoga nidra répond à une trame précise que l’on retrouvera à chaque fois, parfois avec quelques modifications. Il y a le corps de la séance avec avant une mise en disponibilité, et le sankalpa, et une sortie de la pratique avec également le souhait..

S’allonger

On va commencer par s’allonger dans la posture de shavâsana, sur le dos, et à simplement prendre conscience de l’instant, plus précisément la sensation du corps et l’observation du souffle qui nous amène à l’ici et maintenant.natha-yoga-c-500x311-004 S’allonger peut être à la longue assez inconfortable, une séance de yoga nidra dure en moyenne 45 minutes, certaines peuvent aller jusqu’à 2 heures. Il est important de pouvoir se relaxer, et pour certains, mettre un coussin sous la tête ou sous les genoux peut favoriser le relâchement. Si possible, on n’utilise pas de couverture pour se couvrir, une légère sensation de fraicheur évite l’endormissement profond. L’observation du souffle, c’est aussi sentir l’air autour de nous, qui nous touche, l’air qui rentre et qui sort, c’est le va et vient, intérieur, extérieur, prendre et donner…

Faire un souhait

Ensuite nous ferons ce que l’on appelle le samkalpa : le souhait. C’est un souhait particulier qui vient du cœur, là ou se trouve l’arbre magique qui réalise nos désirs les plus purs. La tradition dit que si le souhait est vraiment sincère, il ne peut que se réaliser. Après s’être concentré dans le centre d’énergie du front ou dans le centre d’énergie du cœur (cela dépend de la séance), la technique consiste à faire une inspiration, retenir le souffle à poumons pleins et à formuler trois fois le souhait, puis à l’oublier en expirant. Formuler le souhait, c’est le voir, le sentir, il faut le faire avec le moins de mots possible, passer par les images et les sens pour que le mental ordinaire avec ses doutes et ses barrières ne vienne pas bloquer les processus. Il en est de même à la fin du sankalpa : on expire et on oublie tout. On fait une demande à l’énergie et puis on lui laisse faire son travail sans interférer mentalement… On fait confiance et on lâche prise.

Prendre conscience du corps

Ensuite, une prise de conscience du corps qui consiste à allier la sensation tactile avec la visualisation partie du corps par partie du corps, en fonction des séances, nous commençons par le pouce de la main droite ou par le pied, c’est sans importance, il s’agit simplement de se conduire aux portes du sommeil, donc se relâcher en profondeur. On peut aussi bouger légèrement ou rester immobile, à chacun de voir ce qui lui correspond le mieux.. L’image et le toucher doivent réellement se confondre, deux sens pour percevoir la même chose. Le toucher ramène également au centre d’énergie du cœur, là on l’on s’endort disent les yogi.

Compter les souffles

Une fois la prise de conscience du corps effectuée, nous allons faire un compte à rebours des souffles en partant de la 108ème respiration, de la 54ème ou de la 27ème respiration, cela dépend de la séance et de sa propre capacité à l’enfoncement intérieur, et du temps disponible en allant vers 0 qui représente le point central du coeur.

Le corps de la séance

natha-yoga-c-254x180-003Vient maintenant la séance proprement dite. Souvent vous suivez un enregistrement qui vous en donne le cheminement. Mais dès que possible, dès que vous connaissez la structure de la séance, vous devez vous en séparer. En effet, un enregistrement donne un timming qui n’est pas forcement le votre et vous empêche de vraiment rentrer dans votre voyage intérieur.

Terminer la séance

Une fois le thème effectué, on fait la démarche inverse, plus rapidement. D’abord, on revient sur la prise de conscience et l’observation du souffle qui va et vient dans les narines. Puis de nouveau le souhait, le sankalpa, suivant la même procédure qu’au début de la séance. Ensuite une prise de conscience du corps et lentement on recommence à bouger le corps partie par partie et enfin on termine la séance en s’étirant et en baillant.

Yoga Nidra est un moyen naturel d’établir l’harmonie dans tout l’organisme. C’est un système magnifiquement efficace de relaxation, qui réduit de manière substantielle les tensions physiques et mentales amenées par la vie moderne. C’est également un moyen de vivre en toute conscience nos nuits de sommeil.

Yoga nidra dans une pratique personnelle

Yoga peut se travailler seul. Mais pour nous c’est aussi un élément qui permet de compléter sa pratique personnelle, au même titre que les postures, le prânâyâma, les yantra, les mantra, la concentration, la méditation,… Toutes ces techniques s’enrichissent les unes les autres,t permettent de continuer à tisser la trame du yoga et d’avoir une pratique continue. Dans une réelle recherche intérieure, comment laisser en friche les 5 à 8 heures de sommeil…

Comments 1

  1. Pingback: Pratiques de yoga - Vacances de février 2017 - École de Nâtha Yoga Hyères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *